La RIAA considère que les pirates ont volés pour plus de 40 milliards de dollars

MAJ : Cette information est en fait vielle de deux ans, et ressort périodiquement. Il semblerait que le montant des dommages et intérêts demandés n’était en fait pas aussi importants que je l’avais dit dans cet article. Ils étaient cependant quand même énorme, puisque d’au moins 40 milliards de dollars. (merci à  Gildas Ribot pour la correction)

Estimation faites, la RIAA réclamera donc que  LimeWire verse plus de 72 trillions de dollars de dommages et intérêts!

Pour info aussi (selon wikipedia) les richesses combinées de la planète entière sont d’environ 60  à 70 Trillons de dollars!

Les ayants droits considèrent donc que Limewire à lui tout seul leur aurait fait subir des dommages (pertes) supérieures à la richesse du monde entier  !

 

La conclusion reste valable : Je crois qu’ils sont arrivés à un niveau de désinformation et de contre vérité, que ce n’est plus du tout crédible. Rappelons que le Parti Pirate considère qu’il n’y a pas de manque à gagner pour l’industrie du disque du fait du piratage. En effet, plusieurs études montrent que les personnes qui téléchargent le plus sont aussi ceux qui payent le plus pour des biens culturels.

Les ayants droits considèrent au contraire qu’à chaque fois qu’une chanson est téléchargée, c’est une vente de perdu. C’est en faisant ce calcul qu’ils arrivent à ce résultat ridicule.

source : torrentnews

Le parti pirate sur France Inter

Le Parti Pirate
déploie son bateau,
boulevard de la Villette.
© Radio France – Hélène Chevallier

Vous pouvez réécouter un petit reportage de présentation du parti Pirate, qui est passé sur France Inter. C’est à partir de 6 min 29.

Une petite erreur : la journaliste dit qu’il faut imprimer soit même son bulletin pour pouvoir voter pour le Part Pirate, mais ça ne sera pas le cas dans de nombreuses circonscriptions. En particulier dans la 2ème circonscription du Rhône, où il y aura bien des bulletins dans les bureau de vote.

Le vote par Internet, ni sécurisé, ni controlable.

700 000 français de l’étranger vont pouvoir voter par internet pour les élections législatives de juin 2012. Ce vote n’est pas contrôlable par la population. Le pire, c’est que pratiquement personne ne s’en préoccupe.

Seuls 5 (dont 4 du Parti Pirate) des 178 candidats des Français établis hors de France ont demandés à vérifier le déroulement du vote, sans succès. Voir l’article de Numérama pour plus d’informations.

Lionel Dricot, du Parti Pirate belge, a écrit un article de politique fiction pour nous montrer la où cela peut nous mener…